Ce Jeudi 23 Janvier, Bertrand Soubelet, général de Gendarmerie (2S) et Vice-Président d’Objectif France, est venu apporter son expertise au projet de Jean-Pierre Brenas pour une ville plus sûre. Retour sur cet événement qui aura rassemblé 150 Clermontois dans la Salle Duclos dans le quartier de Saint-Jacques.

Jean-Pierre Brenas a reçu le soutien d’une personnalité nationale : Bertrand Soubelet, général de Gendarmerie (2S), auteur du best seller « Tout ce qu’il ne faut pas dire »  vendu à 120 000 exemplaires. Fort de son expertise sur les questions de sécurité, le général Bertrand Soubelet apporte un soutien total au projet de Jean-Pierre Brenas qui a placé la question de la sécurité au cœur de son programme.

Merci à Jean Pierre Brenas et à sa formidable équipe « Révéler Clermont » pour leur engagement au profit des Clermontois. Un programme solide, une liste motivée et compétente et un candidat qui a incontestablement la volonté et l’étoffe pour faire de Clermont une ville mieux gérée, plus sûre, plus belle et plus agréable à vivre.
Bertrand Soubelet
Lors de notre réunion publique qui a rassemblé 150 Clermontois dans la Salle Duclos, Le général nous a fait part de son expertise sur les propositions de Jean-Pierre Brenas pour que chacun puisse se déplacer comme il veut, où il veut et quand il veut.
Jean-Pierre Brenas a d’ailleurs rappelé nos mesures phares pour la protection des Clermontois dans la vidéo ci-dessous :

Pourquoi la Vidéo-Protection est une mesure capitale pour la sécurité :

Tout d’abord, la vidéo-protection implique un éclairage correct des places et des quartiers où sont installées les caméras. Couplées à cet éclairage, les caméras sont un excellent moyen de prévention de la délinquance.
Ensuite, la vidéo-protection facilite grandement le travail d’investigation de la police. Celle-ci peut retrouver les images d’un délit passé et gagner un temps considérable pour résoudre les enquêtes.

L’idée préconçue selon laquelle installer des caméras mène à une surveillance massive de la population est totalement fausse :  pour suivre en direct toute les caméras d’une ville il faudrait un énorme centre de supervision inabordable. L’exploitation de renseignement en temps réel n’est pas possible.

La police municipale a besoin d’effectifs pour être efficace :

L’Etat se désengageant de la sécurité,  les polices municipales prennent une plus grande importance et leur rôle devient central dans la proximité avec la population. Il faut des effectifs pour garantir un service continu. Avec seulement 45 policiers municipaux pour 143 000 habitants, la police municipale ne peut pas être suffisamment présente à Clermont-Ferrand.

Nous augmenterons le nombre de policiers municipaux de 45 à 100. Une fois recrutés et formés, nous leur donnerons les moyens d’être efficaces.

Défendre les policiers et leur donner les moyens de travailler :

Beaucoup de maires se réfugient derrière l’idéologie pour ne pas avoir à prendre de responsabilité :  en cas de problème avec une arme, c’est la responsabilité pénale du maire qui est engagée. Ces maires choisissent donc d’envoyer des fonctionnaires sous leur responsabilité en situation de danger sans équipements en rapport avec leur mission ! 

Nous armerons les policiers municipaux pour les mettre en situation de réussite totale et pour faire pencher les rapports de force en leur faveur. Bien entendu, cette action ne se fera pas sans de nombreuses précautions dont l’obligation de subir une formation très poussée.

Notre objectif sera de rétablir le lien de confiance entre la police municipale, la police nationale et le Maire. Nous prendrons nos responsabilités et assumerons ces mesures avec courage. Nous avons chiffré ces propositions, il ne s’agit pas de promesses en l’air.

Les cinq grandes causes de notre projet pour Clermont-Ferrand