La gratuité des transports est aujourd’hui vantée comme la solution aux problèmes de transports à Clermont-Ferrand. C’est une fausse solution et j’y suis opposé. Pourquoi ? Les raisons sont multiples. La gratuité n’existe pas, il y a toujours quelqu’un qui paye.

En bref : 

  • La gratuité, sans être évidemment profitable à tous, viendra encore augmenter la fiscalité.
  • C’est aussi un risque de voir les dégradations se multiplier dans les transports publics. 
  • Enfin, elle nous priverait de moyens financiers pour mettre à niveau notre réseau de transport.
  • Ainsi, je suis favorable à une gratuité partielle des transports pour une partie de la population.

Si une personne choisit d’utiliser sa voiture en zone urbaine, ce n’est pas parce que le bus ou le tramway coûte trop cher. C’est parce qu’il n’y en a tout simplement pas pour le trajet qu’il souhaite faire. Donc, ce ne sont pas les automobilistes qui vont davantage prendre ces transports gratuits.

En Île-de-France, on a constaté que la gratuité temporaire des transports avait même entraîné une réduction des déplacements doux à pied ou à vélo. Plusieurs études accessibles via ces liens le démontrent (ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre) :

La mesure s’avère donc inefficace avec le risque de voir des bus encore plus bondés au milieu d’une circulation automobile toujours aussi importante.

Voici un autre problème posé par cette gratuité : en moyenne le prix du billet de transport ne couvre qu’un faible pourcentage des coûts, le reste étant financé par les impôts payés par les entreprises et les particuliers. La gratuité, sans être évidemment profitable à tous, viendra encore augmenter la fiscalité déjà bien lourde sur notre territoire. Sans compter que, selon l’adage qui dit que « tout ce qui est gratuit n’a pas de valeur », la gratuité est un risque de voir les dégradations se multiplier dans les transports publics de Clermont-Ferrand.

Enfin, face aux très lourds investissements qui nous attendent (nouvelles lignes B et C), nous ne pouvons pas nous priver de recettes commerciales. Les villes qui sont correctement dotées peuvent plus facilement étudier la question, mais pour nous qui sommes toujours en retard, ce n’est pas possible.

Toutefois, Je suis favorable à la gratuité partielle des transports en commun à Clermont-Ferrand. Les plus démunis, les plus fragiles ou les personnes en situation de handicap, de même que les étudiants, auront un accès gratuit. La gratuité aveugle et généralisée ne produirait aucun effet sur les publics aisés. Elle nous priverait de moyens financiers pour mettre à niveau notre réseau de transport collectif et induirait, comme cela est le cas partout où elle a été mise en œuvre, des effets délétères comme la baisse de la pratique du vélo.

Pour ce dernier, je veux au contraire encourager son essor en réalisant dès la première année de mandat le double de pistes cyclables par rapport à ce que prévoit le maire-candidat. Il faut utiliser son vélo quotidiennement comme je le fais moi-même pour se rendre compte de la dangerosité et de l’urgence à agir.

Jean-Pierre Brenas

Découvrez nos projets en rapport avec cet article

Cet article est en rapport avec des actions que nous souhaitons mettre en place pour Clermont-Ferrand. Vous pouvez y accéder ci dessous :

Clermont-Ferrand, la ville des mobilités durables

Pour une ville respirable et agréable à vivre