Sélectionner une page

CLERMONT-FERRAND, LA VILLE DES MOBILITÉS DURABLES

Clermont-Ferrand a besoin d’un grand projet, un projet fédérateur. Depuis que la ville a perdu son statut de capitale régionale, elle est menacée. Lyon bénéficie d’une nouvelle dynamique, au détriment de Clermont-Ferrand. Notre ville doit se révéler autour d’une idée-force qui structure son identité. Cette mutation se fera sur la thématique des mobilités durables.

Réunis pour favoriser les mobilités durables :

E

Créer deux nouvelles lignes en site propre avec des bus hydrogène à haut niveau de service.

E

Un réseau de transports en commun avec un arrêt de bus à moins de 10 mn de chez vous et des navettes électriques s’arrêtant à la demande.

E

Accélérer la mise en place d’un véritable réseau de pistes cyclables continu et sécurisé.

E

Favoriser l’achat de vélos électriques grâce à une subvention municipale (maximum 300 €).

E

Construire un plan de circulation qui permette à toutes les mobilités de cohabiter de manière apaisée.

E

Gratuité des transports en commun pour les etudiants et pour tous le week-end.

Notre constat sur la mobilité à Clermont-Ferrand

Après 75 ans de socialo-communisme, Clermont-Ferrand poursuit aujourd’hui son petit bonhomme de chemin…mais vers quoi ? Vers où ? Nous devons nous fixer un cap, et nous n’en voyons pas dans l’administration actuelle de notre ville.

Pourtant, notre ville dispose de très nombreux points forts. Clermont-Ferrand est la ville de la mobilité. Elle héberge le siège social de Michelin, manufacturier de pneumatiques de dimension mondiale. Le futur E-circuit de Charade est aux portes de la ville, notre territoire est labellisé « French Tech » pour la thématique mobilité et notre université a décroché le prestigieux label « I-site ». Trois grandes écoles (SIGMA Clermont, Polytech Clermont et ISIMA) se sont rapprochées pour créer un Institut National Polytechnique.

En revanche, pour réussir à faire de Clermont-Ferrand la capitale de la mobilité durable, nous devons être les premiers dans cette thématique. Si nous n’accélérons pas le mouvement, nous risquons de nous faire doubler et de perdre cette opportunité unique de révéler Clermont-Ferrand.

Clermont, capitale des mobilités !

Notre ville a tous les atouts pour devenir la capitale internationale des mobilités durables. Avec notre stratégie, Clermont se dotera d’une nouvelle image pour bénéficier d’une nouvelle dynamique.

Les Clermontois seront les premiers à bénéficier des innovations développées sur le territoire !

L’importance d’une idée-force pour révéler une ville

Toutes les villes qui se sont révélées ces dernières années l’ont fait autour d’un élément qui structurait leur identité. Saint-Etienne s’est lancée avec succès dans le design, Angers se spécialise aujourd’hui dans le domaine des objets connectés, Arles a capitalisé sur un festival né en 1970 pour devenir la capitale française de la photographie et Nantes a réagi à la disparition des chantiers navals pour se forger une image de ville culturelle avec la célèbre « île de Nantes ». Pour faire face à leurs challenges respectifs, ces villes sont parvenues à changer leur image en se concentrant sur un thème ou une idée précise. Nous avons l’opportunité et les points forts pour devenir à notre tour une véritable capitale de la mobilité durable à rayonnement international.

Les Clermontois doivent être les premiers à bénéficier des innovations qui naissent à leur porte. Clermont-Ferrand devenue capitale des nouvelles mobilités, nous devons faire de nos rues une véritable vitrine de ce changement. Grâce à notre projet, nous pourrons améliorer la qualité de vie des Clermontois et des Clermontoises en facilitant leurs déplacements.

Vous connaissez ces fameuses girafes qui nous indiquent dans les divers secteurs de la ville le niveau de pollution. Elles nous montrent que la ville souffre de ces gaz dangereux qui s’accumulent dans la cuvette dans laquelle est niché l’essentiel de notre commune. Il y a donc urgence à trouver des modes de déplacements alternatifs à la voiture.

 

Nos propositions en bref

Cliquez directement sur les propositions pour accéder au détail de nos actions.

Z

Diminuer les embouteillages aux carrefours des Pistes et du Brézet

Z

Gratuité partielle des transports en commun

Z

Aucun Clermontois éloigné de plus de 500m d’une ligne de bus

Z

Rattraper notre retard en infrastructure cyclables

Z

Promouvoir la mobilité électrique et hydrogène

Z

Favoriser la multimodalité intelligente

Z

Des navettes autonomes gratuites pour tous

Z

Une ville à 2h30 de la capitale

Z

Fluidifier notre circulation

Z

Devenir un centre international d’expertise en mobilité durable

Z

Faire de Charade le premier E-circuit du monde

Z

Réduire l’impact des livraisons en ville

Derrière le projet, des experts :

« Avec plusieurs années d’expériences dans une start-up qui œuvre pour la digitalisation de la mobilité urbaine, j’ai rencontré une grande partie des réseaux de transport en France. Cela m’a permis de comprendre et d’analyser les facteurs clés de succès d’une mobilité facilitée sur un territoire. Aujourd’hui, les déplacements sur le territoire de la métropole ne sont pas simples : peu ou pas d’interopérabilité entre les transports régionaux, départementaux et locaux. Aucune homogénéité tarifaire, peu ou pas de multimodalité. « 

Rémi de Marchi, Business Developer chez MyBus

NOTRE TRACT POUR UNE VILLE DE PLEINE NATURE

Retrouvez notre tract faisant la synthèse de nos propositions pour faire de Clermont-Ferrand une ville de pleine nature !

NOS ACTIONS POUR FAIRE DE CLERMONT-FERRAND
LA VILLE DES MOBILITÉS DURABLES

Z

Diminuer les embouteillages aux carrefours des Pistes et du Brézet

Il nous faut fluidifier le trafic et se débarrasser de certains points noirs, générateurs d’embouteillages. Ces points de congestion sont désagréables pour les automobilistes et ils provoquent encore plus de pollution. Nous traiterons en urgence les carrefours des Pistes et du Brézet. Nous serons pragmatiques et agirons rapidement en créant des passages aériens ou souterrains pour supprimer les intersections et fluidifier la circulation.

Ces opérations auront un coût, mais on ne peut accepter que les Pistes, vitrines de la réussite industrielle de la ville, soient aussi le symbole de l’engorgement automobile de la cité. On ne peut accepter davantage qu’un des accès les plus fréquentés de Clermont-Ferrand soit une véritable frontière infranchissable à certaines heures. Si nous voulons que Clermont-Ferrand soit la vitrine des nouvelles mobilités, nous ne pouvons pas nous permettre d’offrir à celui qui s’y rend l’image de bouchons d’un autre âge. Une voiture coincée dans un embouteillage est une voiture qui pollue.

Photo de notre équipe lors d’un tractage dans les embouteillages au carrefour des pistes

Z

Gratuité partielle des transports en commun

Les transports en commun seront gratuits pour ceux qui en ont réellement besoin : les seniors, les étudiants et les personnes en situation de handicap. Nous sommes opposés à la gratuité totale de transport en commun. Jean-Pierre Brenas s’exprime à ce sujet dans un article sur notre site accessible directement par ici : pour la gratuité partielle des transports en commun.

Z

Aucun Clermontois éloigné de plus de 500m d’une ligne de bus

Nous développerons le réseau de transport en commun avec l’objectif qu’aucun Clermontois ne soit éloigné de plus de 500 d’une ligne de bus. 

Certains Clermontois n’ont pas d’autres choix qu’utiliser leur voiture. Nous pensons par exemple aux habitants de la Glacière : ils ne peuvent pas se rendre en centre-ville en bus le soir car à partir de 21h, aucun bus n’est prévu pour les ramener chez eux ! C’est pourquoi nous augmenterons l’amplitude horaires de ces bus. Ainsi, nous encouragerons l’utilisation des transports propres au détriment de la voiture.

Z

Rattraper notre retard en infrastructures cyclables

Nous devons absolument développer l’usage du vélo. La ville, en matière d’infrastructures cyclables, a dix ans de retard et avec le plan vélo récemment adopté, nous sommes partis pour avoir toujours dix ans de retard. Nous accélérerons et doublerons le nombre de kilomètres de pistes cyclables. Il ne s’agira pas de bandes cyclables non sécurisées et imprudemment tracées le long des voitures. Nous parlons de véritables aménagements de voirie où les cyclistes sont protégés et ne menacent pas non plus les piétons. La pratique du vélo sera donc encouragée et ces pistes pourront être utilisées par les véhicules de secours pour ne plus être coincés dans le trafic.

Nous souhaitons faire de Jaude le point de départ d’une grande piste cyclable sécurisée et familiale qui permettra de se rendre sur les bords de la rivière Allier. Ainsi, les Clermontois auront leur plage à une demi-heure à vélo électrique et accéderont à un cours d’eau qui fait tellement défaut dans la ville. Nous avons conscience que notre ville, avec une partie de son centre-ville et ses divers quartiers haut perchés demande plus d’efforts au cyclistes. C’est pourquoi nous mettrons en place une aide municipale à l’achat de vélo électrique. Le service « C Vélo » proposera des vélos électriques dans les bornes en libre-service.

La mobilité durable, réelle action sociétale et écologique

Les actions de notre grand projet pour faire de Clermont-Ferrand la ville des mobilités durables permettront non seulement de faire rayonner notre ville à l’international, mais aussi et surtout, de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des Clermontois. Les transports seront innovants, plus variés et pratiques. Il sera plus simple d’utiliser le vélo et les transports en commun. La voiture se fera plus discrète en ville, les embouteillages seront réduits et la pollution générée diminuée au maximum. 

Ce projet est donc un enjeu sociétal, économique et surtout écologique. Ces actions couplées à celles de notre projet pour rendre la ville plus verte feront de Clermont-Ferrand une ville référence en matière d’écologie et de transports durables.

Z

Promouvoir la mobilité électrique et hydrogène 

Qui dit « nouvelles mobilités » dit nouvelles énergies propres comme l’électricité ou l’hydrogène. Avec l’appui de la région, la ville doit rapidement se doter de bornes de recharge de véhicules électriques sans oublier l’hydrogène. La production de l’hydrogène est décarbonée et il existe une filière industrielle régionale. En cinq minutes, on fait le plein de sa voiture et ça ne pollue pas. Nous ferons preuve d’ouverture d’esprit et anticiperons les technologies de demain.

S’agissant des deux futures lignes B et C, on évoque des bus électriques en site propre rechargeables au fil des stations. Il y a cependant un risque non négligeable que ces matériels ne soient pas le meilleur choix à dix ans. Évitons les erreurs du passé. Les édiles de l’époque avaient présenté le tramway sur pneus comme la solution d’avenir. Hélas, la fin de ce tramway est d’ores et déjà programmée et il est très généralement admis que le choix de cette technologie était une erreur. Compte tenu du volume d’investissement en jeu (plusieurs centaines de millions d’euro), nous prendrons en compte les avantages et inconvénients des différentes technologies disponibles. A ce stade, notre préférence va vers l’hydrogène.

Nous créerons 2 lignes de transport en commun en site propre avec des bus à haut niveau de service et fonctionnant à l’hydrogène : une ligne B qui desservira la gare, Estaing, le nouveau lycée St Jean et le Brezet. Et  une ligne C qui desservira Cournon, la Grande Halle et le Zénith. Nous déploierons à travers la ville des bornes de recharges pour véhicules électriques et/ou hydrogènes.

Z

Favoriser la multimodalité intelligente

A l’ère du numérique dans laquelle nous sommes entrés, le maître mot est « adaptabilité » et si l’utilisateur doit pouvoir adapter son moyen de locomotion, les moyens de locomotion peuvent eux aussi s’adapter. Jusqu’à présent, nos transports en commun sont constitués de véhicules uniques, circulant sur un trajet fixe, sans changement de rythme. Résultat : les gros bus de la ligne B sont bondés aux heures de pointes et vides à d’autres heures de la journée.

Grâce aux outils numériques, nous aurons les moyens de connaître heure par heure la fréquentation de chaque ligne de bus, Ainsi, nous pourrons par exemple faire circuler un des bus allongés aux heures de pointe et des minibus pendant les périodes moins fréquentées. Adapter le moyen de transport aux besoins des Clermontois, c’est tout l’enjeu des « smart cities » et plusieurs villes comme Rennes ou Dijon expérimentent déjà ces solutions innovantes.

Pour adapter les véhicules à la fréquentation et ainsi diminuer la pollution, il faut favoriser une synergie entre les secteurs public et privé. De nombreuses villes travaillent avec les grands noms du guidage par GPS qui possèdent des données très riches sur la fréquentation des voies publiques. Grâce à des applications, une collectivité locale peut aujourd’hui utiliser les données de fréquentation des quartiers et des rues pour adapter ses services comme la propreté, la sécurité ou encore l’éclairage public.

Dépenser au plus juste, seulement quand cela est nécessaire et et ainsi réaliser des économies : tel est notre objectif. En retour, la ville communique, en amont, aux sociétés de guidage les dates et heures de travaux de voirie, des ouvertures de chantiers urbains pour permettre aux usagers de disposer d’informations en temps réel

Z

Une ville à 2h30 de la capitale

Notre ville a besoin d’une liaison ferroviaire avec Paris digne de ce nom. Nous saluons et soutenons l’initiative de l’association « Objectif Capitales » qui se bat pour le désenclavement de notre ville. L’État et la SNCF doivent s’engager et investir dans le matériel roulant et les infrastructures pour que notre ville se rapproche le plus tôt possible de l’objectif de 2h30 pour Paris et 1h45 pour Lyon. Il n’est pas normal que notre ville soit plus éloignée de Paris que d’autres plus au sud. Les moyens nécessaires doivent être mobilisés pour mettre fin à cette spécificité territoriale qui est un handicap majeur pour notre développement.

Il est vital que nous puissions nous déplacer aisément et rapidement à partir de Clermont-Ferrand. Nos étudiants, chefs d’entreprise, nos fonctionnaires, nos chercheurs doivent pouvoir rayonner partout en France et être connectés aux grandes métropoles européennes. Nous nous battrons pour donner à Clermont-Ferrand la place qu’elle mérite mais nous ne pourrons pas le faire si nous restons isolés.

Z

Fluidifier la circulation

La gestion intelligente de notre « smart city » nous permettra d’adapter les infrastructures aux besoins en circulation, notamment la régulation du trafic par les feux tricolores. Des expérimentations menées notamment à Bordeaux, montrent que l’on peut rendre la circulation plus fluide sur certaines voies en supprimant simplement les feux. Un tiers des feux a ainsi été supprimé avec des résultats très convaincants.

Il faut bien sûr étudier avec beaucoup de soin les endroits où l’on procède à ces suppressions. On sait par exemple que les grandes artères les plus passantes doivent garder les feux de signalisation pilotés en fonction du trafic en prévoyant par exemple que les transports en commun fassent automatiquement passer les feux au vert sur leurs trajets (possibilité offerte également aux véhicules d’urgence). Des feux tricolores intelligents permettent une meilleure synchronisation des flux de véhicules.

 Prenez une carte de la circulation à Clermont-Ferrand. Vous vous apercevrez rapidement qu’il existe une grande couronne qui permettrait de faire le tour de la ville et qui pourrait être parcourue par quatre ou cinq navettes propres. Il n’y a qu’une chose à changer, le sens de circulation de l’avenue d’Italie.

Les navettes pourraient alors faire le tour de la ville via les boulevards Aristide Briand, Côte-Blatin, l’avenue d’Italie, la place des Carmes, les boulevards Lavoisier et Berthelot.

Z

Devenir un centre international d’expertise en mobilité durable

Nos ferons émerger un pôle international de la mobilité pour fédérer le monde universitaire et de la recherche, la métropole clermontoise, le département, la région et bien sûr les entreprises. Des grands colloques internationaux comme Movin’On pourraient être accueillis dans la Grande Halle nouvellement agrandie par la Région. Notre territoire serait en 2030 l’un des plus attractifs au monde dans le domaine de la mobilité. Nous pourrons faire venir les meilleurs chercheurs du monde, tester, éprouver les technologies de demain. 

Nous serions à Clermont-Ferrand « the place to be » de la mobilité. Là où elle s’invente. C’est tout un territoire et l’ensemble de ses habitants qui doivent s’emparer de la thématique de la mobilité du futur. C’est ainsi que nous changerons l’image de notre métropole. La mobilité est aujourd’hui un enjeu sociétal et écologique essentiel

Z

Faire de Charade le premier E-circuit du monde

La recherche clermontoise a contribué à donner un essor déterminant à la recharge électrique par induction. Nous souhaitons que celle-ci permette à Charade de devenir demain le premier circuit au monde équipé de cette technologie de recharge électrique dynamique. Une révolution qui pourrait attirer des constructeurs et des équipementiers du monde entier afin de tester leurs futurs modèles et produits. De plus, un tel circuit nous offrirait la possibilité d’organiser des 24 heures électriques, une première ! 

Il s’agit d’une opportunité supplémentaire de révéler Clermont-Ferrand : mise au point de nouveaux modèles, records, exploits sportifs à Charade…nous avons de quoi attirer la presse internationale sur le territoire clermontois. 

Z

Réduire l’impact des livraisons en ville

Les camions devront rester à l’entrée de la ville. Nous remplacerons les livraisons réalisées par des poids-lourds par une mutualisation dite du « dernier kilomètre ». Celle-ci s’effectuera grâce à de petites camionnettes à énergie propre. Ainsi, finis les embouteillages et les files d’attente, importantes sources de pollution.

Nos articles et actualités concernant la mobilité durable

Valoriser le quartier de Montjuzet

Valoriser le quartier de Montjuzet

Marc Lafond, vétérinaire et colistier de Jean-Pierre Brenas nous parle de son engagement pour le quartier de Montjuzet à Clermont-Ferrand Bonjour, je suis Marc Lafond, Clermontois de naissance et j'ai passé toute ma vie aussi bien personnelle que professionnelle dans...

Mode d’emploi pour voter par procuration

Mode d’emploi pour voter par procuration

Vous serez absent(e) le 15 mars et/ou le 22 mars et vous souhaitez voter lors de l’élection municipale ou vous connaissez une personne dans cette situation ? C’est possible grâce au système de vote par procuration !Qui peut donner procuration ? Toute personne ne...

Replay : la transition écologique avec Jean-Pierre Brenas

Replay : la transition écologique avec Jean-Pierre Brenas

Jean-Pierre Brenas était interviewé au sujet de son projet pour la transition écologique le 10 février à l'Épicentre Factory. Les Clermontois étaient présents pour échanger avec lui autour de son ambition pour notre ville. Retrouvez le replay audio de cet événement...

Lettre aux Clermontois

Lettre aux Clermontois

Dans sa lettre aux Clermontois, Jean-Pierre Brenas présente son ambition pour Clermont-Ferrand. Membres de l'opposition depuis 2014, Jean-Pierre Brenas et ses collistiers ont la conviction que notre ville ne demande qu'à se révéler. Madame, Monsieur, Lors des...

Derrière le projet : Rémi de Marchi, Business Developer chez MyBus.

Derrière le projet : Rémi de Marchi, Business Developer chez MyBus.

Pour répondre aux enjeux écologiques et économiques de notre ville, nous avons un projet ambitieux : faire de Clermont-Ferrand la ville des mobilités durables. Notre projet est le résultat d'un travail de fond mené par notre équipe dont Rémi De Marchi fait partie....

SUIVRE NOS ACTUALITÉS, PARTAGER VOS IDÉES ET TÉMOIGNAGES

Suivre nos actualités

Nous contacter

Vous avez des remarques ? Un témoignage ou des idées pour votre ville ? N’hésitez pas à nous contacter pour échanger avec nous !

13 + 13 =